La prochaine maison de vie et de partage à Lourdes

Début juin, la FLS a passé un weekend de la Pentecôte riche en rencontres avec un parcours du combattant durement chronométré. D'ailleurs, ces échanges ne se déroulaient pas n'importe où. Alors, cap sur Lourdes !

L'accueil du handicap, au cœur des préoccupations

Au programme de ce temps pour la FLS : la rencontre avec les potentiels résidents de la future Maison et leurs familles, des échanges avec l'association partenaire Fraternité Bernadette, et enfin des temps de soutien politique.

Alors que, le dimanche 6 juin, les jeunes hommes handicapés mentaux se retrouvaient dans un groupe d'amitié pour des activités ludiques, leurs parents et proches familiaux ont échangé autour d'une table et d'un bon café avec les membres du Conseil d'Administration de Fraternité Bernadette. L'étude des besoins pour la colocation s'est avérée centrale, avec le questionnement des parents : "Quel est l'essentiel pour vous et votre enfant ? Qu'attendez-vous de la colocation ?"

Les réponses et les attentes sont nombreuses et chacun a pu exprimer à son tour ses ressentis, ses craintes, ses appréhensions.

Merci à Monseigneur Brouwet d'avoir accueilli les familles intéressées par la Maison de Lourdes

Lourdes, ville de pèlerins où le handicap est très présent

La ville de Lourdes est connue pour les nombreux pèlerins qu'elle accueille depuis plus d'un siècle. En effet, nombreuses sont ces personnes handicapées qui viennent toute l'année des quatre coins du monde pour se recueillir au sanctuaire. Mais si beaucoup de personnes y passent, peu y vivent vraiment toute l'année. C'est avec une grande joie que la FLS s'associe à la Fraternité Bernadette pour mettre en place la première maison de vie et de partage dans la ville.

Le lendemain, la FLS s'est présentée aux parents et aux administrateurs afin d'expliquer son action, et son calendrier en vue de l'ouverture de la Maison de Vie et de Partage. L'occasion également de rencontrer Monseigneur Nicolas Brouwet, qui a pris le temps d'écouter chacun à travers un tour de table.

Dans le cadre de cette rencontre, Monseigneur Brouwet a lancé notamment un appel pour mettre en place des projets de maison de vie pour des jeunes en situation de handicap. Une belle rencontre qui a permis de créer un premier lien.

La Croix parle de la Maison de Vie et de Partage

Focus sur la Maison de Vie et de Partage

A l'image de toutes les Maisons de Vie et de Partage, cette Maison se situera en cœur de ville de Lourdes, à proximité immédiate du marché, de supérettes et de commerces de proximité. Dans un ancien hôtel réhabilité, les jeunes résidents vivront en colocation, accompagnés par des familles engagées dans la réalisation du projet social envisagé. 

En capacité d'autonomie certaine, les résidents auront des activités en journée, en lien notamment avec d'autres associations de Lourdes.  

L'histoire de ce projet et des familles mobilisées continueront de vous être partagés ultérieurement. 

La Maison se situe en cœur de ville

ISF 2017 : Votre impôt au service des familles fragiles

Structure portant l’innovation sociale, la FLS  met l’humain et sa fragilité au cœur de chacune de ses actions. 

Que votre impôt accompagne André, Asma, et les colocataires de notre Maison de Vie et de Partage, c’est possible. En faisant un don déductible de votre ISF à la FLS, vous mettez  votre impôt au service de familles fragiles.

 

LES ÉTAPES POUR NOUS SOUTENIR 

Je calcule le montant de mon don

75% du don est déductible de l’ISF, dans la limite de 50000€. Pour connaître le montant maximal de votre don, il suffit de diviser l’ISF par 0.75. De cette manière, l’impôt sera nul.

Exemple : Mon ISF est de 3000€.
Si je verse 4000€ (soit 3000/0.75) de don à la FLS, mon don me revient réellement à 1000€. Et mon ISF sera nul.

Je choisis l’affectation de mon don

Que ce soit une Maison de Vie et de Partage que la FLS créée, l’accompagnement de nos familles dans leurs projets de vie : vous pouvez choisir les actions que votre don soutiendra en priorité.

Exemple : J’habite Versailles et souhaite encourager l’investissement de la FLS dans la Maison Saint Jean-Paul II : je sélectionne « Maisonnée de Versailles » sur la page de don en ligne de la FLS !

NOS PROJETS EN COURS

AIDER A L’AUTONOMIE : 40 000€

Veuf, André souhaite continuer à vivre dans sa maison du Val d’Oise (95).
La FLS ne peut qu’accompagner ce souhait d’autonomie de quelques familles logées. Des travaux sont ainsi programmés pour aider à leur autonomie : transformations de salle de bain ; aménagements d’espaces ; …

 

ACCOMPAGNER LA CRÉATION DE MAISONS DE VIE ET DE PARTAGE POUR PERSONNES HANDICAPÉES : 240 000€

Louis-Marie, François, Anthony, Bruno et Louis sont colocataires de la Maison de Vie et de Partage de Versailles.
Soutenez une telle innovation sociale, accompagnez l’’investissement de la FLS dans de telles Maisons !

MULTIPLIER LES LIENS SOCIAUX :
329 000€ 

Grâce à des ateliers, des expositions de sensibilisation, d’enquêtes ou encore de travaux, ce projet vise à renforcer les liens entre les 169 familles logées de la FLS, à faciliter leur insertion. (projet sur 3 ans)

VOUS AVEZ DES QUESTIONS ? NOUS TENTONS D’Y RÉPONDRE !

Jusqu’à quand puis-je faire un don déductible ISF ? 

Votre don doit nous parvenir avant la date limite de déclaration de votre ISF, entre le 15 mai et le 15 juin, selon votre patrimoine. C’est la date de réception de votre don qui fait foi.

 

Reconnue d’utilité publique, la Fondation pour le Logement Social bénéficie du dispositif de la loi TEPA, permettant au donateur d’obtenir une réduction de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) égale à 75% du montant du don.

La loi fiscale donne ainsi l’occasion à chacun, au-delà de la réduction d’impôt, de participer à notre innovation sociale, et d’avoir, par ce biais, une véritable action auprès des plus fragiles.

 

Dois-je accompagner ma déclaration de mon reçu fiscal FLS ? 

Pour les patrimoines entre 1,3 et 2,57 millions d’euros, vous n’en avez pas l’obligation (mais conservez-le précieusement !)
Pour les patrimoines supérieurs à 2,57 millions d’euros, vous êtes tenu de fournir votre reçu fiscal dans un délai de 3 mois.

 

Comment mon don accompagne-t-il la FLS ? 

Que vous ayez choisi que votre don accompagne telle ou telle action, ou que vous préfériez soutenir la Fondation dans toutes ses actions, une certitude : 85% de votre don a vocation à accompagner nos missions sociales.

Les 15% restants soutiennent les frais de recherche de fonds, mais aussi les frais de fonctionnement inhérents à la bonne réalisation de nos missions. 

 

NOUS N’AVONS PAS RÉPONDU à VOTRE QUESTION ?

N’hésitez pas à joindre Sonia Araujo
0156083022 – saraujo@new.fls-fondation.org

La FLS sur la ligne d’arrivée !

C’était "le pied" pour 11 personnes engagées de la FLS en ce dimanche 26 mars.
Leur défi : courir 5 kilomètres, pour faire connaître notre cause en faveur du logement des plus fragiles.  

En plus du changement d'heure, ces sportifs se sont retrouvés tôt ce dimanche matin sous un beau soleil Meudonnais. La « Foulée Meudonnaise » se prépare, l'équipe FLS aussi ! 

En parallèle de la course, 4 bénévoles tenaient un stand, avec l'objectif de faire connaitre notre Fondation et soutenir notre campagne de crowdfunding pour le projet de réhabilitation énergétique pour 4 de nos familles logées.

« On agit à notre façon en courant pour la FLS, pour ses familles logées ! » déclarait Matthieu, un des 11 coureurs 

C’est par des sourires et de nombreuses questions que les personnes présentes ont pris connaissance de la mission de la FLS et de ses actions. 

Retenir un élément important de cette matinée ? Peut-être que chacun souhaitait mettre en application cet encouragement de Raoul Follereau « Soyez des semeurs d’amour. Rendez le contagieux, radioactif. Et qu’il contamine le monde. »

MERCI AUX COUREURS : 

Agnès
Augustin
Elodie
François
Hanaa
Fatima
Lucile
Marie
Matthieu
Sonia
Sophie

Et également à nos bénévoles Emmanuel ; Francis ; Marine et Simon ! 

Témoignages dans les collèges en Essonne

Dans le cadre de la semaine de « Lutte contre le racisme et la discrimination », la FLS a été sollicitée pour faire connaître son projet « Urgence-réfugiés ». Depuis maintenant 18 mois, cinq familles réfugiées d’Irak vivent et se construisent en Essonne. Ces témoignages furent l’occasion d’un bilan et d’un partage mais surtout d’un souhait de transmission pour les plus grands et d’une soif de découvertes pour les plus jeunes. Illustrations et témoignages.

Qui étaient nos témoins ?

La FLS s’est lancée dans cette initiative avec trois personnes, qui ont toutes vécu en Irak.

La première personne est un père de famille, qui vit aujourd’hui dans un logement de la FLS. Il a témoigné par écrit de son parcours et des minutes d’horreur vécues par sa femme et ses enfants au moment de l’arrivée de Daesh dans leur village. Depuis leur arrivée en France, cette famille se mobilise pour apprendre le français et veiller à voir leurs deux enfants grandir en paix.

La seconde, Yuli, est arrivée en France depuis bientôt 30 ans. Complètement intégrée ici, elle se mobilise en tant que bénévole de l’Œuvre d’Orient pour que les personnes irakiennes arrivant en France retrouvent rapidement leur dignité. Elle-même loge des personnes de sa famille chez elle, en Région Parisienne.

Souvenez-vous, il y a quelques mois, Ovilya témoignait en vidéo de son arrivée en France.

 

La troisième, Viviane, a fait preuve de courage sans égal. Elle a accepté de témoigner de visu face aux enfants des collèges. Arrivée également en 2014, sa maîtrise du français est telle que le partage avec les jeunes adolescents a pu se faire intégralement dans la langue de Molière. Coiffeuse en semaine, Viviane est une battante qui cherche à construire et se construire avec de nouveaux projets personnels ici en France. « C’est très important de faire connaître ce que j’ai vécu » remontait-elle, témoignant ainsi de sa volonté de transmettre aux jeunes, de partager.

Toute cette équipe s’est ainsi mobilisée pour faire de ces témoignages des moments de sensibilisation et de découvertes pour les classes de 4ème et de 3ème du collège Jean ZAY à Morsang-sur-Orge.

Pourquoi avoir organisé ce témoignage ?

La FLS lutte depuis toujours contre toute forme d’exclusion. En effet, Raoul Follereau, qui a lutté contre la lèpre aimait à rappeler qu’il fallait agir contre toute les formes de lèpre. Et pour perpétuer son combat, il s’adressait surtout aux jeunes du monde.

Dans cet esprit, la FLS a accepté la sollicitation à participer à cette action, tout en s’entourant des personnes qui ont vécu cette exclusion. « Ne pas faire à la place des personnes fragilisées, mais bien avec elles » : cela reste l’une de nos convictions fondamentales.

D’autant plus forts de ce fait, ces témoignages ont permis la sensibilisation des jeunes sur les enjeux actuels sociétaux et internationaux. Mais surtout, ils furent l’occasion d’éveiller les adolescents à la rencontre de l’autre dans sa diversité, sa richesse et sa fragilité.

 

« Je vous ressemblais il y a 30 ans. Cependant  me voici devenu presque  vieil homme, mais je crois que je vous ressemble encore. Avec des forces diminuées, mais un cœur aussi jeune que le vôtre et sur nul doute n’a ébranlé. Et je vous dis : voulez vous m’aider ? prendre la relève, poursuivre la lutte, livrer les derniers assauts, vaincre ? »

Raoul Follereau, 1962

 

Des moments poignants

A l’image du témoignage du père de famille, Viviane avait également préparé tout un discours qu’elle a lu devant chaque classe ! Emue, elle était écoutée de tous, enfants et professeurs, les yeux grands ouverts. Elle a parlé de sa fuite avec sa famille dans une petite camionnette, de la violence répandue par Daesh et de sa situation actuelle en France.

Beaucoup d’élèves n’ont pas hésité à prendre la parole pour poser des questions diverses, sur les animaux de compagnie, sur sa famille, sur sa vie : Viviane était ravie de partager. Nul doute que ces interventions ont suscité de nombreuses interrogations chez les élèves, qui ont une réelle soif d’apprendre et un désir de comprendre.

A préciser qu’aujourd’hui, quelques jours après les témoignages, les professeurs cherchent à construire une correspondance entre leurs élèves et ces personnes ! Une belle histoire est en train de s’écrire, dans la rencontre de l’autre et de sa vie.

Merci à tous ceux qui ont rendu ces moments possibles, merci à ces « bâtisseurs de bonheur » : Zaya ; Viviane ; Yuli ; Agnès ; Matthieu ; Anne-Marie ; et chacun des professeurs et élèves !

Si vous souhaitez qu’une telle rencontre soit organisée dans vos collèges, contactez-nous, nous construirons cette initiative ensemble !

Travaux chez 7 familles logées

Depuis quelques mois, des travaux de réhabilitation énergétique ont été projetés chez sept familles logées par la FLS. En parallèle, des actions en faveur d’économies d’énergies existent. Petite histoire de ce projet, qui mobilise tout autant nos familles logées que les équipes et bénévoles de la FLS.

UNE ACTION RESPONSABILISANTE

L’un des principes phares de la Fondation consiste à garantir la pérennité de la solution logement proposée aux familles, afin de leur donner le temps de construire leur projet de vie. Sur la base de ce principe, la FLS se doit d’être à l’écoute des besoins des familles logées et de chercher à améliorer le « savoir-habiter » de ses familles.

Les travaux de réhabilitation énergétique font partie intégrante de l’action de la FLS, afin de permettre à ses familles logées de réduire la facture et l’empreinte énergétiques. Sept familles, principalement des Hauts-de-Seine (92) en bénéficient en ce début d’année 2017.

TOUS BÉNÉFICIAIRES ! 

Les autres familles logées par la FLS ne sont pas pour autant oubliées dans cette dynamique de prise de conscience de notre consommation d’énergie. 

En septembre dernier avait eu lieu par exemple un atelier participatif, à destination de toutes nos familles (nous vous en parlions ici !). La dizaine de familles logées y avait appris par exemple que, lorsqu’un robinet d’eau fuyait, c’était en moyenne 165€ par an en plus sur sa facture. Ou encore que les appareils en veille représentent quasi 40% de la facture d’électricité. 

Mais surtout, en ce début d’année, tous ont reçu des ampoules LED, qui leur permettent de diminuer leur consommation d’énergie, chez-eux. Cette histoire est racontée ici, en vidéo. 

Nos familles logées, nos associations partenaires : tous sont en train de recevoir ces ampoules LED, qui nous ont été données généreusement.

MERCI A NOS MÉCÈNES DE SOUTENIR DE TELLES ACTIONS !

ET VOUS AUSSI, VOUS POUVEZ AGIR ! 

 

La FLS souhaite également vous associer à cette prise de conscience, grâce à votre don. Ainsi, sur notre page Faire un don, vous pouvez spécifiquement soutenir nos actions d’accompagnement des familles, en sélectionnant « Accompagner les familles FLS« . 

Merci d’avance de votre mobilisation, merci d’avance de votre générosité en faveur de ces familles.

Versailles : les premiers jours de la colocation

C’est avec enthousiasme que l'emménagement s'est déroulé ces derniers jours. Aujourd’hui, la Maison Saint Jean Paul II accueille 6 jeunes dont un volontaire de service civique.

 

Les jeunes garçons font visiter leur toute nouvelle cuisine ! 

Une maison accueillante
Un climat familial
Des sourires et une porte ouverte


Voilà ce que l’on retient de ces débuts d’installation !

Cela nous réjouit de voir ces jeunes garçons accueillir, faire visiter, se disputer, se réconcilier ... Bref, vivre dans cette maison, qui il y a encore quelques semaines, était en plein chantier. 

Le volontaire, qu’ils considèrent comme leur grand frère, est un vrai appui pour eux. "Je cherchais un logement sur Versailles le temps de finir mon année au conservatoire où j'étudie le piano, racontait-il récemment à une journaliste du Parisien. J'ai entendu parler de cette maison et j'ai saisi l'occasion.

Des maîtresses de maisons accompagnent cette colocation, lors des moments clés de la journée et restent indispensables pour le fonctionnement de la maison.

 

Découvrez l'article que le Parisien a consacré à cette maison

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonne route à chacun des jeunes.
Bonne route à chacun des bénévoles.
Bonne route à toutes celles et tous ceux engagés dans la réussite de ce projet. 

 

BONNE ROUTE A TOUS !

Plus que quelques jours pour donner

Votre don, c’est le bien

que vous réalisez pour

chacune de nos familles logées.

Madame, Monsieur,

Le bonheur qu’on a, c’est le bien qu’on fait” interpellait Raoul Follereau, en décembre 1965 à l’occasion d’une conférence. En ces derniers jours de l’année 2016, que dites-vous de relever un défi ? De “faire ce bien” ? Et de bâtir ensemble, le bonheur les uns des autres ?

Votre don, c’est votre moyen de soutenir l’arrivée d’Anthony dans la Maison Jean-Paul II à Versailles (78) ; d’aider Fahri à entretenir correctement son logement ; ou encore de dire bienvenue à Elodie et Jean dans leur nouvel appartement dans le Val d’Oise (95). Votre don, c’est le bien que vous réalisez pour chacune de ces familles. C’est votre bonheur, c’est leur bonheur.

 


 

Je vous le rappelle : chaque don émis en amont du 31 décembre 2016 donne droit à une réduction d’impôt de 75% sur le montant du don, dans la limite de 529 €. Et si vos dons dépassent ce montant, la réduction d’impôt passe à 66% du montant du don, dans la limite de 20% de vos revenus imposables.

Je ne peux que vous remercier sincèrement de l’action que chacun d’entre vous mène pour bâtir ce bonheur au travers de la FLS. C’est là une preuve de reconnaissance de notre action, de notre combat. Nous ne nous arrêterons pas, et j’espère que vous non plus, vous ne baisserez jamais les bras. 

Les sourires d’Anthony, de Fahri, d’Elodie, de Jean et de tous nos bénéficiaires méritent que nous continuions, ensemble. Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année, à bâtir le bonheur et à faire du bien !

Michel Récipon
Président


L’ANNEE 2016 DE LA FLS, C’EST ….




RETROUVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Articles récents


Histoires de familles logées

Deux familles ont emménagé, en ce mois de décembre, dans des logements de la FLS. L’occasion de découvrir leur parcours, leurs projets, et surtout, de leur souhaiter la bienvenue au sein de la grande famille FLS ! 



JE FAIS UN DON ET SOUTIENS L’ACCES AU LOGEMENT DE NOUVELLES FAMILLES

Un logement adapté 

Le jeune couple, la vingtaine passée, est aujourd’hui en train d’attendre son deuxième enfant. Vivant auparavant dans un petit logement, de surcroît cher pour leurs ressources, ils emménagent avec leur bébé dans un grand appartement de la FLS dans le Val d’Oise. La Commission d’Attribution de la FLS a ainsi vu dans la situation d’Elodie et de Jean l’application de ses principes-clés : le logement comme vecteur d’insertion. 

Cela nous fait d’ailleurs penser à des parcours déjà partagés de nos familles logées, que peut-être Elodie et Jean auront l’occasion de rencontrer ces prochains mois à l’occasion d’ateliers participatifs ?

Ces personnes qui, grâce à ce coup de pouce d’un nouveau logement, ont réussi à échapper à une plus grande précarité. Ces personnes qui, grâce à l’intervention d’associations et de travailleurs sociaux engagés, ont retrouvé espoir et dignité. Combien sont-ils après avoir perdu leur emploi, rencontré un problème de santé ou encore changé de situation familiale, à s’être retrouvés aux portes de l’exclusion ? C’est à ce stade de fragilité que la FLS intervient. Et accompagne. 

Ainsi, nous souhaitons un bel emménagement à Elodie, Jean et toute leur famille, qu’ils passent de belles fêtes de fin d’année !

 



JE DECOUVRE LES FAMILLES DE LA FLS

SON LOGEMENT, GAGE DE STABILITÉ 

Cet homme d’une cinquantaine d’années est reconnaissant de la FLS et des services sociaux locaux qui lui ont fait rencontré la FLS. Grâce à la Fondation, il retrouve une stabilité dans sa vie, avec un logement dont le loyer correspond enfin à ses ressources. 

Dormir dans sa voiture ? Christophe l’a connu. Beaucoup d’embûches dans son parcours de vie ne l’ont pas empêché à chaque fois de rebondir, et surtout d’aujourd’hui, de garder le sourire et de positiver. 

La rencontre avec la FLS a été initiée par les services municipaux de sa ville d’adoption du Val d’Oise.  Aujourd’hui, ce T1 bis de la FLS devient son logement, son chez-lui. Et va lui permettre de faciliter sa réinsertion. C’est une histoire de bienveillance qui se construit actuellement, alors que Christophe installe ses premiers meubles en cette fin d’année ! 



L’histoire de Madame A, logée par la FLS




La gestion locative adaptée, point fort de la FLS

RETROUVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Articles récents


Raoul et Madeleine Follereau : inspirateurs du combat de la FLS

L’un de nos administrateurs est intervenu récemment sur le couple Raoul et Madeleine Follereau, dont l’action continue d’inspirer bien des hommes et des femmes.

Leur combat a porté les fondateurs de la FLS en 1988.

Et aujourd’hui, bientôt 30 ans plus tard, chaque action est guidée par ce combat !

Qu’est-ce qui les a poussés ?

A l’occasion de cette intervention, Y. Pinson a témoigné combien Raoul Follereau est un modèle à suivre lorsqu’il s’agit d’entreprendre des projets “démesurés”. Il a toujours déployé une énergie inépuisable au service des plus fragiles. Son combat en faveur des plus exclus le mobilisait jour et nuit, et son enthousiasme s’est propagé, a fédéré des bénévoles, des donateurs, des gens d’action … 3 millions de lettres envoyées à l’ONU suite à son interpellation ? Quel beau modèle pour la FLS, pour ses partenaires, pour toutes les personnes engagées dans notre combat ! C’est une chance pour nous et nos familles logées de bénéficier d’un tel héritage.
 

« Le bonheur qu’on a, c’est le bien qu’on fait. »

Raoul Follereau

Mais … qu’est-ce qui les a ainsi poussés ?

Raoul et Madeleine Follereau ont fait 5 fois le tour de la Terre, ont bâti des hôpitaux et des lieux d’accueil et de paix en plein désert ou même en zone de conflit. Ils ont construit des point, tendu des mains, donné l’espoir … Ils ont dit et répété que chaque personne, fut-elle lépreuse, handicapée ou touchée par une autre forme de misère mérite nos mains tendues. Mérite l’opportunité de repartir dans la vie. Mérite le bonheur.
 
 

Et donc … qu’est-ce qui les a poussés ?

Ce qui les a poussé, c’est ceux qui nous pousse aujourd’hui à agir.
Ce sont eux, les personnes fragiles : Anthony, Louis, Shina, Fahrid, Armand et toutes ces familles.
Leurs fragilités nous rendent riches. Nous rendent humbles. Et tous ensemble, nous bâtissons le bonheur les uns des autres.

« Tant qu’il y aura sur la terre un innocent qui aura faim, qui aura froid, ou qui sera persécuté ; tant qu’il y aura sur la terre une famine évitable ou une prison arbitraire, ni vous, ni moi nous n’aurons le droit de nous taire, ni de nous reposer. »

Raoul Follereau



L’HISTOIRE DE LA FLS



Articles récents

RETROUVEZ-NOUS SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Fondations abritées : leurs actualités

La FLS abrite aujourd’hui deux Fondations abritées : la Fondation Simon de Cyrène depuis bientôt 4 ans, et tout récemment, la Fondation Sainte Jeanne de Valois. Zoom sur leurs actions, leurs projets et leurs actualités.

Portes-ouvertes de la maison

DANS L’INDRE : LES TRAVAUX SE FINISSENT

Le premier projet soutenu par la Fondation Sainte Jeanne de Valois va voir le jour : il s’agit d’un Lieu de Vie et d’Accueil (LVA) avec une capacité de dix personnes qui ouvre en janvier 2017 à la campagne près de Châteauroux dans l’Indre, à l’initiative de l’Association Le Parasol Blanc qui dirigera l’établissement. Notons que ce projet est entièrement financé par les dons, sans subvention publique. Les autorisations administratives ont été obtenues. Un spacieux bâtiment a été trouvé, et les travaux sont en voie d’achèvement. 

Nous sommes dans la dernière ligne droite,  Dominique Thisse, président

Le personnel a été recruté ; les futurs pensionnaires en cours d’admission … La FLS souhaite une belle route à tous !

Plus d’informations : www.jeanne‐de‐valois.fr

des bénévoles ont aidé aux travaux

2016/2017 : un tournant historique pour la Fondation Simon de Cyrène

En s’apprêtant à fêter ses 6 ans, la communauté Simon de Cyrène de Vanves a pris le temps de relire son expérience et de réfléchir à ce qui motive chacun pour vivre cette vie partagée. Un temps privilégié qui a permis au groupe d’exprimer une motivation forte : « Chercher ensemble le sens de notre vie ».

Cet engagement commun est essentiel : cette année, la Fondation Simon de Cyrène vit une étape majeure de son développement.

Après Vanves et Angers, deux communautés vont ouvrir prochainement ; 3 autres associations construisent des maisons partagées et animent des groupes de compagnons; 4 associations développent des groupes de compagnons avec des rencontres mensuelles et réfléchissent à la création de lieux de vie.

Aujourd’hui, Simon de Cyrène, réunit près de 1 000 personnes en France. Dans une société inquiète, lorsqu’un groupe de personnes handicapées et valides s’engage à chercher ensemble le sens de la vie, il nous invite sur un chemin d’espérance.

Plus d’informations : www.simondecyrene.org et la lettre d’information Simon de Cyrène de novembre 2016 



Et demain, votre fondation abritée ?

C’est dans un esprit emprunt d’humanité et de générosité pour les plus fragiles que ces 2 Fondations opèrent aujourd’hui. Et c’est le rôle de la FLS de les accompagner dans les pas de Raoul Follereau, en leur offrant la possibilité de réaliser des projets qui aideront à « lutter contre toutes les lèpres. »

Créer une fondation abritée témoigne d’un désir d’appartenance à cette grande famille qu’est la FLS. Avec les familles logées, les bénévoles, les équipes, vous portez un rôle fondamental : celui de bâtisseur. Bâtisseur de bonheur. Bâtisseur d’espérance. Cela ne s’improvisant pas, les équipes vous guident dans votre projet, en toute bienveillance. 

« Nous avançons dans  le même sens avec les fondations abritées, c’est une joie de conseiller ses fondateurs » Agnès Bastien, directrice de la FLS

 

 Pour encourager de telles actions : faites un don !

LA FLS SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Articles récents