Lettre de Michel Récipon aux donateurs

Madame, Monsieur,

“Ça fait 3 fois que je suis heureux aujourd’hui !” me disait Louis, résident de la Maison Saint-Jean-Paul II de Versailles. Jeune homme handicapé mental de 26 ans, Louis vit désormais depuis un an dans cette Maison de Vie et de Partage. Lorsque Louis m’a dit ça, un journaliste sortait de la maison, après avoir partagé un goûter et réalisé une visite guidée de celle-ci. C’est là une joie de voir les médias s’intéresser à notre innovation, à notre combat... et surtout c’est une joie de voir Louis et nos bénéficiaires heureux.

 

Je ne vous cache pas que la FLS s’est engagée dans un gros défi en ouvrant plusieurs Maisons de Vie et de Partage. Elles sont nécessaires, et surtout beaucoup de familles sont en attente. A Saint-Etienne, les travaux sont bientôt finis. A Lourdes et en Normandie, nous rassemblons les fonds pour acheter les maisons au plus vite. Et ce sont 3 études sérieuses que nous menons actuellement pour de futures maisons. Nous nous devons de trouver les moyens financiers pour répondre à ces attentes. Votre soutien fidèle représente pour nous un grand honneur. Et j’ose croire que vous serez au rendez-vous en cette fin d’année pour nous encourager.

D’autant qu’au-delà de ces Maisons, la FLS continue de se tourner vers les familles les plus fragiles. A Rambouillet (78), les premières arrivées se décident en cette fin d’année avec des personnes réfugiées du Moyen-Orient. Au Perreux-sur-Marne (94), une jeune femme seule, avec de faibles ressources, emménage, lui permettant de construire localement son projet de vie.

Raoul Follereau interpellait déjà en son temps :

“ce dont une personne fragile a besoin, c’est moins d’assistance que de compréhension et d’amitié”.

En soutenant la FLS, vous accompagnez les plus fragiles à accéder à un logement pérenne. Vous permettez à nos bénéficiaires de vivre de l’amitié, et de la compréhension. Vous rejoignez la famille de la FLS, une famille à taille humaine, mettant la dignité de chaque homme au cœur des actions menées ; une famille animée par les sourires et la joie de leur public.

En soutenant la FLS, vous mettez à l’honneur la fraternité envers et entre les personnes fragiles.

Michel RECIPON, Président

Des moments de fraternité récents

"CE DONT UNE PERSONNE FRAGILE A BESOIN, C'EST MOINS D'ASSISTANCE QUE DE COMPRÉHENSION ET D’AMITIÉ"

Raoul Follereau

Des moments de fraternité récents

Quand la fragilité rassemble

Samedi 14 octobre dernier, nos bénéficiaires étaient rassemblés pour se rencontrer dans le cadre de la 1ère journée FLS "Quand la fragilité rassemble". Au programme : cuisine collective, peinture d'une grand fresque, partage sur la fraternité ... Bref, de l'amitié et de la vie partagée !

 

L'objectif : faire ensemble

Sur cette journée, le « faire ensemble » était moteur, pour la petite cinquantaine de personnes présentes.

A l’activité cuisine, des petits groupes mélangeant adultes handicapés, bénévoles, maîtresses de maisons, ou encore familles réfugiées d'Irak ont favorisé la rencontre et le faire-ensemble.

L’après-midi, chaque groupe partage sur des ateliers spécifiques, allant de la création d'une fresque sur la fraternité à la composition d'une chanson, en passant par des jeux sur des gestes d'économies d'énergies. 

Résultat : un moment chaleureux, convivial et sympathique !

Merci à tous !

Dans le cadre de la création de Maisons de Vie et de Partage partout en France par la FLS, de telles journées favorisant l'amitié et le partage d'expériences sont essentielles. Un merci tout particulier à ces deux partenaires qui ont accepté de relever ce défi avec la FLS :

  • la Fondation SNCF dans le cadre de son dispositif "Faire ensemble au-delà de nos différences"
  • le Groupe Local d’Intégration et de Compensation du Handicap – GLICH -  de RTE Nord

La Fondation tient également à remercier ceux qui ont permis à cette journée de voir le jour : Eatsensitive pour l'animation de l'atelier du matin, et la paroisse Notre-Dame de Lorette pour l'accueil, et la Maison des associations du 15ème arrondissement de Paris pour l'accompagnement du projet. Enfin, remercions chaleureusement Matthieu Salabelle, organisateur hors-pair de cette journée !

Rendez-vous en 2018 pour la deuxième édition, merci à tous !

Et en attendant, nous vous partageons quelques photos de la délégation de l'association PARM de Saint-Etienne, qui a profité du beau temps pour finir la journée dans les rues de Paris, avec la fresque sous le bras.  

J'ACCOMPAGNE CES JOURNEES

Samuel : un seul-en-scène bouleversant

Ce dimanche 15 octobre, plus de 300 personnes étaient rassemblées à la Salle Jeanne-d’Arc de Saint-Etienne pour découvrir un spectacle bouleversant sur la différence et la tolérance, en faveur de la Maison de Vie et de Partage de Saint-Etienne. Lumières sur ce moment unique.

 

Un spectacle émouvant

Dans son article, Le Progrès partage sur la qualité du projet artistique de ce seul-en-scène 

Avec humour et tendresse, le texte (signé Sandrine Gelin et Jean-Luc Bosc qui en a imaginé la mise en scène) raconte l’itinéraire d’un enfant porteur de trisomie. Il a été écrit à partir de l’expérience professionnelle de Sandrine, de la vie de Samuel, de témoignages et de lectures. Avec talent, la comédienne se met dans la peau de multiples personnages pour évoquer différentes situations auxquelles un enfant trisomique et ses proches peuvent être confrontés.

Un spectacle débordant d’émotion, où la faiblesse, les peurs et les doutes légitimes, qui vous assaillent face à l’irruption d’un tel événement dans sa vie, peuvent déboucher sur la force, l’ouverture, la tolérance et l’amour, quand les peurs s’estompent.

Monsieur le Maire, Gaël Perdriau, a également été touché par ce sujet et par la pièce, comme en témoigne son long post sur Facebook 

Un MERCI tout particulier
à Jean-Philippe Terme et Jean-Michel Morel, administrateurs de l’association PARM,
qui ont porté l’organisation de cette manifestation.

Un relais local indéniable

A cette occasion, la presse locale s’est mobilisée pour mettre la lumière sur ce projet. Et pour donner au passage, des nouvelles du chantier de la Maison de Vie et de Partage. Extrait de l’article de L’Essor du 6 octobre dernier :

Des espaces collectifs sont prévus dans l’idée de constituer ainsi un « appartement partagé » par les résidents sur un mode voulu « familial ». Cette résidence non-médicalisée, répond au besoin d’autonomie, encadrée, d’adultes handicapés mentaux, principalement trisomiques, qui n’ont pas de lieu de semblable dans la ville. Elle devrait engendrer la création de six emplois pérennes et une activité évaluée à 250 000 € de fonctionnement annuel.

En cliquant sur chacune des images ci-dessous, retrouvez l’article dans son intégralité.

Imaginons les maisons de demain

Cet automne, quatre architectes ont planché sur un grand projet de Maison de Vie dans les Yvelines. A l'occasion de la journée mondiale de l'habitat, et de celle de l'architecture, zoom sur les bénéficiaires, les projections architecturales et le jury de concours qui a sélectionné le maître d'oeuvre du projet.

Jean CASSOU, membre du jury d'architectes

"C'est vraiment un beau projet" E. Villemain

Pour ce projet et pour la première fois, la Fondation a organisé un concours d'architectes, permettant la sélection du maître d'oeuvre. A l'occasion de cette matinée d'échanges, ont donc été rassemblés des experts, proches de la FLS, connaissant les principes phares de Maisons de Vie et de Partage :

  • Etienne Villemain, directeur et fondateur de l'Association Lazare
  • Alice Le Moal, de la Fondation OCH et élue locale 
  • Jean Cassou, architecte
  • Pierre Mérand, délégué au Comité d'évaluation technique de la FLS

Tous ont souligné la grande qualité des quatre projets présentés, répondant au cahier des charges de la FLS et de ses partenaires. 

Exemple de plans d'architectes soumis au jury d'architectes, le 28 septembre dernier

Fragilité et intergénérationnel

Ce lieu accueillerait effectivement plusieurs projets de Maisons de Vie et de Partage. Ainsi, chaque lieu fonctionnerait de manière indépendante, avec des interactions et mutualisations possibles entre structures et bénéficiaires.

L’ouverture est espérée à horizon 3 à 4 ans, le calendrier devant s’affiner sur les prochains mois.

Les bénéficiaires envisagés ? Des adultes avec handicap mental en capacité d'autonomie, des jeunes étudiants ou encore des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer... En tout, près d'une trentaine de bénéficiaires.

Dans ce lieu non-médicalisé, la convivialité et l'atmosphère familiale des Maisons de Vie et de Partage seront au centre des préoccupations. 

Inauguration réussie à Versailles

Près de 70 personnes étaient réunies à Versailles (78) à l’occasion de l’inauguration officielle de la première Maison de Vie et de Partage de France. Retour sur cet événement convivial et chaleureux.

Quelques photos

« Que des fenêtres s’ouvrent, que des portes claquent, que des rires, des disputent y éclatent… bref que de la « vie et des partages » s’inscrivent entre ces murs. » 
Michel Récipon, président de la FLS pendant son discours

« Porter un tel projet, c’est fonder un avenir meilleur pour certains, c’est se placer résolument du côté de l’humain, ce n’est pas rien ! »

Michel Récipon, président de la FLS pendant son discours

6 jeunes garçons avec handicap mental, âgés de 20 à 30 ans, ont emménagé cette année dans une maison de 200m2 de type familial, adaptée à leurs besoins par le cabinet d’architectes Studio SBA. 

Après les discours, des jeux de société ont été offerts par la FLS aux colocataires pour animer leurs soirées. Les habitants de la Maison Saint-Jean-Paul II ont ensuite fait visiter les lieux aux familles, voisins, amis et partenaires présents pour l’occasion.

Copyright : Ville de Versailles / Marc O CARION

Dans la presse

Je soutiens cette maison

Plus d’informations

Bénévole : pourquoi pas moi ?

Si l’on parle de la famille FLS, ce n’est pas pour rien ! La FLS c’est avant tout un esprit, des valeurs et convictions qui conduisent à se mettre au service des plus fragiles. Notre Fondation a une petite équipe. Or, nous développons de nombreuses actions et multiplions les événements.  C’est pourquoi nous avons un grand besoin de bénévoles. Aides ponctuelles, ou régulières, toutes sont les bienvenues.

Bénévole: pourquoi pas ?

Hanaa, bénévole FLS

Les engagements ponctuels

La FLS participe à divers événements pour l’année en cours. Que ce soit des forums, des courses, des petits-déjeuners : pour chacune de ces activités, des bénévoles sont nécessaires, en amont et le jour J. 

Des exemples d’événements à venir :

  • Forum des associations, Versailles, 9 septembre
  • Forum des associations, Paris, 16 septembre 

  • Journée « Quand la fragilité rassemble », Paris, 14 octobre 2017

  • Atelier avec nos familles logées, Paris, octobre 2017
  • Petit-déjeuner partenaires, Paris, début novembre 2017

    Et bien d’autres moments …

Vous avez envie de donner quelques heures à  la FLS, de courir à notre profit, de donner un coup de main … N’hésitez pas à nous contacter ! 

Un engagement régulier

La FLS a aussi besoin de bénévoles qui s’engagent régulièrement à ses côtés. Pour des missions d’aide à la mise sous plis, appel de nos familles, visites, aide à l’animation de nos ateliers, création de vidéos… 

Vous avez des compétences de juriste, travailleur social, marketing, relations presse… N’hésitez pas à nous contacter ! 

A l’occasion de l’une de nos courses …

DEVENIR BÉNÉVOLE M’INTÉRESSE

Et suivre notre page Facebook ?

Et vous inscrire à notre newsletter ?

La FLS fait sa rentrée

En cette fin du mois d’août, la Fondation fait elle aussi sa rentrée. Nos défis sont nombreux. Zoom sur trois priorités qui émergent dans l’équipe.

Inaugurer la première Maison

Après six mois passés dans la Maison Saint-Jean-Paul II, Bruno et les 4 jeunes hommes avec qui il vit ont profité de cet été pour vivre des moments en famille, avant de revenir chez eux. Et en cette rentrée, beaucoup de moments qui rassemblent les attendent, notamment les 2 suivants : 

  • L’inauguration de la maison, à la mi-septembre
  • La journée de rencontres entre Maisons de Vie et de Partage « Quand la fragilité rassemble« , en octobre, à Paris, soutenue par la Fondation SNCF et la mairie de Paris.

Sans compter la vie quotidienne de la maison bien évidemment. Nous leur souhaitons une belle rentrée !

JE SOUTIENS CETTE MAISON

Répondre aux espoirs

Aujourd’hui, l’ouverture de cette Maison témoigne qu’il est possible de mettre la fragilité de nos bénéficiaires au cœur de notre mobilisation. Trois éléments caractérisent les Maisons de Vie et de Partage, portées par la FLS :

  • Un lieu de vie à taille humaine, en cœur de ville
  • Une colocation entre personnes handicapées et personnes valides
  • Des lieux à caractère familial, bienveillants et accueillants

De nombreuses familles de proches en situation de handicap viennent à notre rencontre aujourd’hui, en vue de porter de telles initiatives. Les besoins sont nombreux. Et partout en France.

Accueillir deux nouvelles familles

D’un côté, une entrée dans les lieux prévue d’ici quelques semaines, d’une jeune femme qui rêvait d’arrêter ses plus de trois heures de transport quotidiens.
De l’autre, une commission d’attribution programmée mi-septembre pour un logement dans le Val de Marne, à proximité immédiate de la gare municipale. De quoi permettre très vite à une famille d’avoir un nouveau départ.

BONNE RENTRÉE A TOUS !

Les ateliers se succèdent

La FLS crée avec les familles logées une dynamique de responsabilité, les impliquant dans la gestion et l’entretien immobilier de leur habitat. A cette fin, des ateliers de rencontre et des formations pratiques sur la gestion de l’habitat, ainsi que sur les enjeux énergétiques et les questions sociales, sont organisés. Zoom sur la première partie de la saison 2017 des ateliers.

De la gestion du budget

En mars 2017, la FLS a organisé deux ateliers pour aider certaines de ses familles en difficulté sur le plan financier. L’objectif : aider à la bonne gestion du budget ainsi qu’à une autonomie sur le plan financier.

L’association « CRESUS » est venue animer ces deux ateliers. C’est par des exercices pratiques, des exemples et des outils très simples que nos familles ont pu comprendre et améliorer la gestion de leur argent.

Madame N a témoigné : « Ces ateliers, c’est bien, je ne me laisserais plus avoir par les crédits à la consommation! J’ai eu le mal que j’ai eu à en sortir. « 

Monsieur B : « C’est important d’organiser ces ateliers pour nous. Merci! »

Exemple d’exercice pratique, réalisé à l’occasion du 2ème atelier « Gestion du budget »

"Mieux vivre ensemble"

Qui n’a jamais eu de problème de voisinage ?
Qui n’a jamais râlé intérieurement de la porte de l’immeuble qui claque à 3 h du matin, exaspéré par son voisin du dessus qui marche fort ou par celui d’en face qui fait de la friture tous les jours embaumant votre appartement ? 

Cet atelier, animé par l’Association Nationale des Médiateurs, a permis à la dizaine de familles présentes de relativiser et comprendre l’autre avant de s’énerver. En effet, les situations s’enveniment bien souvent du fait de l’incompréhension et du sentiment que le tort vient toujours de l’autre.

Cet atelier a eu un franc succès auprès de nos familles, regroupant le plus grand nombre de locataires depuis le début de l’année.

En espérant que les tensions qui avaient pu exister chez certains pourront se calmer.
Merci à Gabrielle pour son aide auprès de nos familles !

Petit bricolage et réparations

Réparer un joint qui fuit, remettre la poignée de sa porte en place, reboucher un trou dans son mur….

Voilà ce qu’ont pu apprendre les familles présentes lors de notre atelier bricolage, réalisé en partenariat avec le magasin LEROY MERLIN de Nanterre.
Pendant deux heures chacun a pu s’exercer à visser et apprendre les techniques de base du bricolage.

Merci à Farid pour sa patience et son enseignement. Et merci aux personnes présentes, les retours ont été très positifs !

Retour sur l’année 2016

A l'occasion de la sortie du "Journal des comptes" de la Fondation, une rétrospective de l'année 2016 des actions et des projets menés est proposée.

Comme chaque année, la FLS a à cœur de montrer en toute transparence ses actions, et ses comptes. 2016 est à présent derrière nous et vous pourrez consulter ici les différents éléments de cette année passée.

Compte Emploi Ressources 2016

En tant que fondation reconnue d'utilité publique, la FLS est apte à recevoir des dons, legs, donations, ... Gage de transparence, les comptes annuels sont vérifiés par 2 Commissaires aux comptes, les Cabinets Seca-Forez et Finexsi. En ressort une certification des comptes et du Compte d’Emploi des Ressources (CER) présenté ci-dessous.

Ressources

  • 1175 ke de collecte pour la FLS en 2016
  • 58% de cette collecte est réalisée par nos 3 fondations abritées, qui décident elles-même les projets qu’elles soutiennent
  • La FLS a dissocié pour la première fois en 2016 l’intégralité des dons issus des personnes morales, qui représente 11% de la collecte
  • 810 ke de loyers perçus, avec une quasi-stabilité par rapport aux années précédentes
  • Trois logements ont été vendus pour accompagner le développement.

Emplois

  • 76% des ressources soutiennent les missions sociales : la gestion locative des logements ; le montage d’opérations ; l’accompagnement des familles logées ; le soutien à
    projets de nos fondations abritées et l’information sur nos missions sociales
  • Les frais de recherche de fonds ont  légèrement augmenté d’une année à l’autre, de 142 à 151 ke, soit 6% des emplois.
  • Avec deux recrutements en 2016, et un déménagement de bureau au siège, les frais de fonctionnement sont en augmentation, afin de soutenir le développement de la FLS.

Chaque année, le président Michel Récipon adresse une lettre aux donateurs de la FLS. C'est l'occasion pour eux de recevoir des nouvelles et de voir l'évolution des projets menés. Extraits.

2016 signifie pour la FLS la réalité d’un tournant. “Je regarde avec intérêt la réalisation de ces Maisons : elles sont vraiment utiles !” disait récemment Jean-Paul, donateur régulier qui passait début mai en nos bureaux.

Avec l’ouverture de la première Maison de Vie et de Partage à Versailles (78), la FLS affirme ses convictions de développement en faveur de colocations à taille humaine entre personnes fragiles et personnes valides en coeur de ville. L’investissement de la FLS est important dans cette phase de développement, et nous comptons sur vous.

La Fondation continue de soutenir l’insertion de ses 169 familles logées dans le diffus, avec la création d’ateliers participatifs pour favoriser un “mieux habiter”. A noter également l’accès à la propriété du fils d’une de nos locataires, qui a remboursé la dette que sa mère avait contractée auprès de la FLS. Voulant la mettre à l’abri du besoin, Jean a compris que s’il ne réglait pas le résiduel de dettes, cela signifierait que d’autres familles logées de la Fondation ne pourrait pas bénéficier des accompagnements proposés.

Conférence sur les maisons de vie et de partage

Le 22 juin dernier, la FLS tenait une conférence sur  » Les maisons de vie et de partage, une action innovante » dans la crypte de la paroisse de la Trinité à Paris. Plusieurs intervenants ont accepté d’apporter leurs témoignages et leurs regards sur cette initiative de la FLS qui prend peu à peu de l’ampleur, avec notamment l’ouverture de la première maison de vie début janvier. Zoom sur les interventions.

Quelques photos souvenirs

 

 

Merci à chacun d’avoir accepté de répondre aux questions de Sonia Araujo, de la communication de la FLS, et si justement répondu aux questions de l’assemblée.

 

Pour accéder au communiqué de presse de l’événement, cliquez ici

Des intervenants engagés

Lors de la conférence, des intervenants ont partagé leur vision du handicap et aborder la question des maisons de vie et de partage aujourd’hui. Des personnes, proches de la FLS mais ayant des expériences toutes, bien différentes se sont rassemblés pour échanger sur ces questions. 

MONIQUE BUTRYN : Au lendemain d’un accident de vie en 2004, Monique Butryn a vécu onze ans dans une maison de la FLS, avec ses 6 enfants, dont Charles, polyhandicapé. L’un des enfants aujourd’hui a racheté la maison, en vue d’aider la FLS à investir dans ses Maisons de Vie et de Partage. Son témoignage avait la richesse de mettre en avant la richesse de la vie partagée avec une personne handicapée, sans pour autant en cacher les difficultés et les épreuves « Charles rassemblait, beaucoup d’amis venaient fêter son anniversaire chez nous ; avec cet accueil, c’est un peu comme si notre maison était la première maison de vie et de partage »

STANISLAS BLANDIN : Après six années au sein des services des projets immobiliers du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes, Stanislas Blandin a mis son expertise au profit de la FLS et de ses projets de Maisons de Vie et de Partage, en tant que Chef de projet. « L’élan suscité par l’ouverture des premières Maisons de Vie et de Partage impose à la FLS de trouver les outils et moyens financiers pour répondre aux attentes exprimées, partout en France. »

YVON PINSON : Administrateur de la FLS, Yvon Pinson a fait le lien entre les actions d’aujourd’hui et le combat d’hier de Raoul Follereau en faveur des plus fragiles, comme en témoigne cette citation « Ce dont la personne fragile a besoin, c’est moins encore de secours que de compréhension et d’amitié » (1962)

HUGUES REVEL : Retraité, ancien directeur de maisons de retraite, Hugues Revel s’est lancé en 2014 dans un nouveau défi : ouvrir une Maison partagée en Indre-et-Loire. Il devient alors vice-président de l’Association Le Parasol Blanc. Il est membre de la Fondation Sainte Jeanne de Valois, sous-égide de la FLS, qui a soutenu ce projet et grand père d’un enfant lourdement handicapé. « Nous voulions nous concentrer sur notre projet et l’ouverture d’une Fondation est très compliquée. Grâce à la FLS, cela fut possible. Son expérience de création d’un lieu de vie, entre difficultés et défis, a encouragé les personnes présentes à persévérer et ne pas baisser les bras. La maison venant d’ouvrir il y a quelques semaines, Hugues Revel n’hésite pas à s’ouvrir en indiquant que leur structure est « fragile, à l’image du public que nous accueillons« .

Retours sur les Maisons de Vie et de Partage en cours

Trois éléments caractérisent les Maisons de Vie et de Partage, portées par la FLS :

  • Un lieu de vie à taille humaine, en cœur de ville
  • Une colocation entre personnes handicapées et personnes valides
  • Des lieux à caractère familial, bienveillants et accueillants

Impulsées par la FLS grâce à un investissement en logement social, ces Maisons sont animées au quotidien par une association partenaire, porteuse d’un projet social favorisant la dignité de chaque homme.

Situées en cœur de ville, les Maisons de vie et de partage facilitent l’ouverture sur l’extérieur, encouragent l’autonomie des résidents qui en majorité exercent une activité professionnelle, et rendent plus aisée leur inclusion dans la vie sociale. Elles participent à rompre l’isolement et l’exclusion.

La première Maison de Vie et de Partage a ouvert début 2017 à Versailles (78). D’autres sont en travaux à Saint-Etienne (42), à Rambouillet (78) et à Lourdes (65), d’autres encore sont en étude de faisabilité en Normandie et en région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

 

Des nouvelles de la Maison Saint Jean-Paul II 

A l’occasion d’une matinée porte-ouvertes, le 10 juin dernier, chaque jeune résident de la Maison a pu faire découvrir son nouveau chez-soi à ses proches, famille et amis. Un verre de l’amitié a été organisé, la soixantaine de personnes présentes partageant alors sur le rôle constructif et pérenne d’une telle maison. 

La joie ne s’est pas arrêtée là pour Bruno, Louis, Anthony, François, et Louis-Marie puisqu’ils ont, ce jour-là, signé les documents officiels ! 

Nul doute qu’à la rentrée, les événements festifs ne s’arrêteront pas, avec notamment l’inauguration annoncée