« La FLS rend possible des idées généreuses et humaines »

Gilles Artigues, administrateur de la FLS, qui fut député de la Loire, est, depuis le mois de juillet, vice-président de Saint-Etienne Métropole (SEM), en charge de l’habitat et du logement. Il nous confie la conviction commune qui l’anime pour chacun de ses engagements. Pour lui, le logement constitue un outil d’insertion sociale. 

Gilles Artigues, administrateur de la FLS

"Des lieux adaptés à chaque difficulté"

FLS – En quoi consiste votre rôle de vice-président de la Métropole, en charge de l’habitat et du logement ?

Gilles Artigues – L’habitat est un domaine dans lequel j’ai déjà eu l’occasion de travailler dans l’exercice de mes mandats électifs précédents. Lorsque j’ai élaboré les programmations de la politique de la ville pour les quartiers défavorisés, le volet habitat était déjà important. Aujourd’hui, je peux aller plus loin avec des moyens conséquents pour mener à bien des projets ambitieux et solidaires à l’échelle d’un territoire regroupant 53 communes. C’est précieux.

FLS – En quoi est-ce cohérent avec votre mandat d’administrateur de la FLS ?

Gilles Artigues – Je crois en la Providence. Je me suis engagé en politique à cause de ma foi, suite à l’appel du pape Saint Jean Paul II qui invitait les chrétiens à d’investir dans ce domaine. Devenir administrateur de la FLS est pour moi une manière différente de répondre à ce même appel. Les projets de la fondation s’inscrivent dans des stratégies de collaboration avec les élus. Au moment où la FLS prend une nouvelle dimension, je suis heureux de pouvoir me mettre à son service en apportant l’expérience de mes différents mandats électoraux et mes relations institutionnelles tissées tout au long de ces années.

Se mettre au service des autres, sans tomber dans l’assistanat

FLS – Quelle est, pour vous, au regard de votre expérience, la particularité des projets portés par la Fondation ?

Gilles Artigues – La FLS ne fait pas à la place des habitants mais rend possible des idées généreuses et humaines qui émanent du terrain. C’est pour moi l’assurance que ces projets soient pérennes. Elle n’impose pas sa façon de voir, s’adapte à la spécificité de chaque lieu et apporte le « coup de pouce » indispensable. Pour monter un dossier qui répond à des dispositifs parfois compliqués et très techniques, la bonne volonté et la générosité sont là, c’est déjà ça. Mais elles ne suffisent pas ! Il faut des connaissances administratives, juridiques, un savoir-faire. Et c’est ce professionnalisme qui est précieux pour les porteurs de projet, au-delà du soutien et de l’apport financiers qui sont aussi vitaux.

« La FLS ne fait pas à la place des habitants mais rend possible des idées généreuses et humaines qui émanent du terrain. »

Je souhaite d’ailleurs aller à la rencontre des bénéficiaires des Maisons de Vie et de Partage pour me rendre compte que les décisions prises en conseil d’administration se traduisent par des sourires sur les visages de ceux qui vivent mieux grâce à la fondation. Le souci d’insérer professionnellement les habitants, porté par la FLS, est pour moi primordial. Cet aspect mériterait d’ailleurs d’être proposé plus largement en France. Avec ces projets, nous donnons du sens à notre action. Nous n’apportons pas que du béton ou de l’argent : l’humain passe avant tout.

FLS – En quoi le combat de Raoul et Madeleine Follereau est-il toujours d’actualité ?

Gilles Artigues – Dans notre monde, en particulier en France, nous faisons face à de plus en plus d’inégalités. J’ai toujours été touché que des personnes se mettent au service des autres sans tomber dans l’assistanat. C’est ce que j’ai toujours trouvé admirable chez Raoul et Madeleine Follereau : ils ne souhaitaient pas apporter seulement une aide matérielle mais redonnaient leur dignité aux personnes qu’ils aidaient, en prenant en compte la globalité de leur situation.

 » Raoul et Madeleine Follereau redonnaient leur dignité aux personnes qu’ils aidaient, en prenant en compte la globalité de leur situation. « 

Nous savons tous ce qu’est l’histoire du logement social en France. Notre pays a su inventer une organisation et un modèle économique que nombre d’autres pays nous envient. Dans le sillage de personnalités comme l’Abbé Pierre ou Raoul Follereau, la FLS perpétue cette tradition généreuse car la dignité de l’Homme passe par l’accès à un logement.

 

Nous remercions Gilles Artigues pour cette interview !

NOUS DECOUVRIR DAVANTAGE

RETROUVEZ UN DE NOS PROJETS ACTUELS

Visite de chantier à Viroflay

Ce mardi 6 octobre, c’est sur le terrain de la Maison de Vie et de Partage de Viroflay que nous donnions rendez-vous pour visiter le chantier.

Au lendemain de la Journée mondiale de l’habitat, la FLS a organisé plusieurs temps de découverte sur ce chantier démarré il a plusieurs semaines. Plusieurs personnalités était sur place, notamment Olivier Lebrun, Maire de la commune de Viroflay, Marie-Hélène Aubert, vice-présidente du département des Yvelines en charge de l’autonomie et du handicap, ou encore Michel Récipon, président de la FLS.
Compte-tenu du contexte sanitaire actuel, les groupes étaient constitués de 10 personnes maximum et réunissait des mécènes du projet, des partenaires, et bien entendu les futures habitantes de cette colocation innovante.

Un emménagement dans une véritable maison, au cœur du centre-ville, adaptée à leur handicap… et leur autonomie. À l’issue des travaux, la maison conservera son esprit familial : une grande salle de séjour donnant sur le jardin et surtout sept chambres indépendantes, de 14 à 25m2, toutes différentes, bien loin des pièces uniformes des établissements collectifs.

Ils témoignent

caret-down caret-up caret-left caret-right
Michel Récipon

Nos projets répondent à un véritable besoin car la France manque de maisons comme celle-ci : des lieux de vie pérennes non médicalisés, au cœur des villes et à taille humaine.

Olivier Lebrun

C'est essentiel de pouvoir avoir des maisons comme celle-ci sur notre territoire pour participer à l'intégration de la différence. Non seulement pour ces jeunes femmes qui ont besoin d'être dans la vie habituelle mais aussi pour les gens du quartier, et pour nous en tant qu'élus, de participer à l'intégration de la différence.

Marie-Hélène Aubert

Aujourd’hui, de tels lieux représentent un modèle pour l’accueil des personnes en situation de handicap. On parle beaucoup d’habitat inclusif et typiquement on est ici dans ce modèle. Car il sont chez eux. Pour les personnes qui ont une certaine autonomie c’est bien de pouvoir vivre dans une maison comme ça. Avec un caractère familial, les jeunes femmes se retrouveront chez elles en rentrant de leurs activités. Je leur souhaite beaucoup de bonheur dans cette maison.

 

Visite du chantier avec Michel Récipon, président de la FLS, Olivier Lebrun, maire de Viroflay, et Marie-Hélène Aubert, vice-présidente du département
Echanges à l'occasion de la visite de chantier
Sylvain Boureau, architecte, présente les plans de la maison
Les futures colocataires, ravies de la visite
Présentation des lieux aux futures colocataires et leurs familles

Une colocation solidaire

Localisée dans un quartier résidentiel de Viroflay, à proximité immédiate de la gare Viroflay – rive gauche, des transports en communs, mais aussi de commerces, cette maison répondait à toutes les attentes des jeunes femmes, qui accéderont à ces lieux en toute autonomie. Avec en plus, un grand jardin accueillant.

Les travaux se déroulent pour 4 mois minimum. Hier, les lieux de vie partagés ont pu être découverts, ainsi que quelques chambres. Le reste attendra : la pose de l’escalier intérieur est prévue pour les prochains jours !

 

EN CHIFFRES

1,3M d’investissement

229m² actuellement en travaux

7 jeunes femmes bénéficiaires

8 partenaires financiers

La FLS remercie l’ensemble des partenaires qui rendent ce projet possible. Vous pouvez les retrouver ici.

Aujourd’hui, il nous manque 55 000 € pour financer certains travaux d’adaptation de la maison comme par exemple la création des salles d’eau.

Il est là ! Le rapport annuel 2019

Retour sur l’année 2019 et les initiatives de la fondation pour le logement social.
Dans cette rétrospective, vous retrouverez un point sur les avancées des projets de Maisons de Vie et de Partage en France, innovation lancée par FLS et soutenue par de nombreux investisseurs solidaires.

Et également, l’actualité des familles que nous accompagnons au quotidien.
En fin de document, vous trouverez notre rapport financier 2019.

L’année 2019 fut donc une année de concrétisation de nos souhaits pour la FLS, avec l’ouverture de trois Maisons de Vie et de Partage ces derniers mois (à Saint-Étienne, Bayeux et Les Lilas).

Cinq autres Maisons de Vie et de Partage sont en cours de réalisation à Briançon, Lourdes, Limoges, Viroflay et une deuxième à Saint-Étienne. En inaugurant la Maison de Vie et de Partage de Saint-Étienne en juin 2019, le fait de voir combien une amitié naît et s’installe entre ceux qui y vivent m’a profondément marqué. Je souhaite la voir perdurer des années durant.

En parallèle, nous avons réalisé la levée de la première tranche de notre emprunt obligataire, autre innovation pour la FLS, avec l’arrivée de nouveaux partenaires, investisseurs solidaires. Avec cet emprunt obligataire, la FLS a fait le choix d’innover en utilisant les outils dédiés à la finance dite « classique » pour loger les plus fragiles.

Pour permettre la réalisation de tels lieux de vie partagée pour personnes fragiles, la FLS met à disposition, certes sa compétence de bailleur social, mais aussi son statut de Fondation reconnue d’utilité publique (RUP). Ceci a permis une collecte en croissance certaine en 2019, avec des mécènes et des grands donateurs au rendez-vous de notre développement.

Notre reconnaissance d’utilité publique nous permet également d’abriter d’autres fondations qui souhaitent bénéficier de l’appui de la FLS pour développer leur activité, tout en partageant notre mission sociale. Ces derniers mois, notre Conseil d’Administration a décidé la création de trois nouvelles fondations sous-égide : la Fondation Village Saint Joseph, la Fondation Jean et Marie et, pour l’année 2020, la Fondation Saint-Lubin.

Mais la Fondation n’est pas un « simple » bailleur social. Le réseau des Maisons de Vie et de Partage s’étoffe, grâce aux rencontres mensuelles avec les associations partenaires et porteurs de projets et à l’organisation d’événements comme le week-end rassemblant toutes ces maisons en octobre à Issy-les-Moulineaux.

Des comptes équilibrés

Après la réussite des premiers projets pilotes de Maison de Vie et de Partage, le conseil d’administration a décidé d’en accélérer le déploiement, à raison de deux à trois par an. L’année 2019 constitue la transition dans la phase d’accélération du recentrage de l’activité de la Fondation sur l’habitat inclusif. 2019 est aussi l’année de la souscription de la première tranche de l’emprunt obligataire. Par ce biais, la FLS met au service de personnes fragiles toute l’efficacité de son modèle économique.

Les ressources globales de la FLS en 2019 s’élèvent à 3 215 k€. L’ensemble des dons représente 49% (soit 1 576 k€) et les produits d’exploitation (loyers et maîtrise d’ouvrage interne) 34%. Le reste est issu notamment de l’amortissement des subventions accordées par les collectivités pour financer les acquisitions immobilières (9%) et du report des ressources affectées non utilisées des exercices antérieurs (8%).

La collecte est en grande majorité affectée à la FLS. à noter les hausses notables des dons en nature, des legs et donations et du mécénat. Les dons aux fondations abritées représentent 26% de la collecte (contre 37% en 2018). 263 K€ ont également soutenu l’investissement en faveur des Maisons de Vie et de Partage.

Quand les missions sociales représentent près de 2/3 des emplois de 2019, les acquisitions des Maisons de Vie et de Partage s’élèvent, elles, à 17%. Les ressources collectées auprès du public sont ainsi mobilisées à hauteur de 82% dans nos activités sociales en 2019.

Les frais relatifs à la communication et la recherche de fonds s’élèvent à 346 k€ en 2019, soit une baisse de 10% par rapport à 2018.

Les frais de fonctionnement sont de 622k€ en 2019. En hausse, ils représentent toutefois le même ratio que les deux dernières années.

Nos missions sociales

Qu’est ce que nos missions sociales ?

Ce sont nos activités directement liées à notre objet social : loger et accompagner les plus fragiles.

 

 

Pour en savoir plus sur nos comptes 2019, nous vous invitons à lire notre rapport annuel ci-dessous.

Trois gros plans sur notre innovation via l’émission d’un emprunt obligataire, le week-end réseau ainsi que l’inauguration de la Maison PARM à Saint-Étienne.

Retour sur l'année 2019

Notre bonheur : leur vie partagée

"Je suis heureuse ici” confiait récemment Lisa*, jeune adulte avec handicap mental de la Maison de Vie et de Partage de Saint-Etienne. Elle y a emménagé en début d’année 2019, et en un an, que de temps partagés : la fête de son anniversaire avec ses colocataires, les plantations de bacs à fleurs dans la […]

Continue reading

Retour sur la matinée sur l’habitat partagé

A Issy-les-Moulineaux, la FLS tenait récemment une matinée d’informations riche et passionnante sur la thématique de l’habitat partagé. Avec des témoignages inspirants, une table-ronde de qualité et une introduction de Monsieur le Maire André Santini, ces échanges ont intéressé tant les colocataires que les bénévoles et salariés d’habitats partagés, venus de partout en France. « […]

Continue reading

La fête des maisons de vie et de partage

Les 19 et 20 octobre dernier se rassemblaient les membres du réseau des Maisons de Vie et de Partage de la FLS. Le pari était osé : réunir en un même lieu, le temps d'un week-end, les colocataires, bénévoles et salariés de Lourdes, Dinard, Versailles, Saint-Etienne, Bayeux, Limoges, et bien d'autres villes encore ! La […]

Continue reading

Levée de fonds avec le Crédit Coopératif

A la veille de la journée mondiale pour l’habitat, la FLS confirme son action sociale en faveur des personnes fragiles en réalisant une levée de fonds inédite, grâce au Crédit Coopératif.  Cette levée de fonds, arrangée et placée par le Crédit Coopératif, finance le changement d’échelle de la FLS. Le plan de développement de la […]

Continue reading

Le volontariat service civique : engagement et générosité

En cette rentrée, la FLS recherche des volontaires en service civique.  Le partage de votre quotidien avec 4 personnes handicapée L’occasion de participer, avec les 4 coloc, à des activités manuelles, sportives et culturelles L’opportunité d’un temps de réflexion sur ses choix et ses attentes dans la vie Partir à la rencontre de la personnes […]

Continue reading

Retour sur l’année 2018

A l'occasion de la sortie du "Journal des comptes" de la Fondation, une rétrospective de l'année 2018 des actions et des projets menés vous est proposée. Comme chaque année, la FLS tient à vous montrer en toute transparence ses actions et ses comptes.  Les temps forts de 2018 ont été nombreux : bilan des orientations […]

Continue reading

Inauguration maison PARM

Près de 80 personnes étaient réunies lundi 17 juin à Saint-Étienne à l’occasion de l’inauguration officielle de la Maison PARM. Bilan de cette journée emplie de joie et d’émotions. « Cette inauguration a une saveur particulière pour la FLS. C’est en effet en ces lieux qu’a débuté son histoire. Il y a 30 ans, nos fondateurs […]

Continue reading

Visite travaux en Normandie

Depuis début avril, la maison qui accueillera la Maison de Vie et de Partage de Normandie est en travaux. L'occasion pour nous tous d'y rentrer, pour découvrir le futur chez-soi de Pauline, Joachim et les autres membres du groupe d'amitié. "Les Maisons de Vie et de Partage sont un vrai témoignage du vivre ensemble où […]

Continue reading

Tour d’horizon des Maisons de Vie et de Partage

Les Maisons de vie et de partage rassemblent en colocation des personnes fragiles, offrant les conditions d’une relative indépendance sans solitude et une expérience de l’altérité particulièrement riche. Situées en coeur de ville, ces maisons constituent des lieux de vie intermédiaires entre logement ordinaire et établissement médicalisé. Impulsées par la FLS grâce à un investissement […]

Continue reading

Votre IFI à la FLS

La loi fiscale donne l’occasion à chacun de vous, au-delà de la réduction d’impôt, de participer à l’innovation sociale de la FLS, et d’avoir, par ce biais, une action ciblée en faveur des plus fragiles. Si vous êtes redevable de l’IFI, 75% du montant de votre don à la FLS sont déductibles de votre Impôt […]

Continue reading

Les ateliers 2019 – économies d’énergie et architecture d’intérieur

La programmation 2019 des ateliers FLS est bien lancée. Petite rétrospective sur les deux premiers rendez-vous de nos familles logées. Les thématiques ? Optimisation de son intérieur d'une part, et les économies d'énergie d'autre part.

Continue reading

Un nouveau départ

Âgés tous deux d’une trentaine d’années, Idir et sa femme étaient obligés de vivre séparément, d’un côté et de l’autre de l’Ile-de-France. Crédit image : Freepik  Ils ont dû quitter, il y a quelques années, un logement insalubre. Autant dire que ce logement auquel ils accèdent à Saint-Denis les encourage à écrire une nouvelle page de […]

Continue reading

La FLS évolue !

Ces derniers mois, la FLS a entrepris une évolution de son activité et un ajustement de ses actions afin de mettre l’innovation au cœur de chaque projet, pour répondre à toutes les formes de difficulté. Car pour nous les personnes fragiles sont notre plus grande richesse.

Notre nouveau logo

Dans la veine du développement de projets immobiliers, la Fondation pour le Logement Social a décidé d’actualiser son logo afin de faire transparaître son dynamisme et son action. Cette évolution s’accompagne de nombreux changements dans notre communication. Dans les prochains mois, newsletters, site web ou encore notre magazine Agir en France seront mis à jour.

 

Au plus proche de vous

Dans un effort de transparence sur nos actions et sur l’utilisation des dons, nous avons repensé notre communication avec vous. Plus proche et accessible afin d’être toujours au service de nos donateurs. Que cela soit dans votre boite aux lettres par notre nouvelle version du magazine Agir en France ou par le biais d’actualité sur nos réseaux sociaux il y a forcément votre façon de vous informer. Cependant, le nouveau logo ne change pas qui nous sommes : une fondation créée sur des valeurs d’écoute et d’innovation, d’accompagnement à la dignité, d’engagement de toutes les volontés et de transparence sur l’impact de nos projets.

Afin de soutenir cet effort, trois salariés ont rejoint l’équipe au début de l’année 2020. Les nouveaux arrivants auront la lourde tâche de continuer le travail de recensement des besoins et de développement du réseau de Maisons de Vie et de Partage. Mais aussi de suivre les locataires et habitants afin de leur apporter un soutien adapté.

Un dynamisme pour les MVP

Le projet de réalisation de Maisons de Vie et de Partage, ou MVP, est lancé par la FLS en 2015. Ce sont des maisons à taille humaine, inclusive pour accueillir tout type de fragilité, et prônant la vie partagée, sans être seul. En septembre 2020, le réseau des maisons de vie et de partage s’étend sur plus de 14 lieux. Situées dans toute la France, les MVP, ce sont 4 maisons ouvertes, 5 en travaux ou en cours d’étude et 5 autres maisons partenaires ouvertes ou en travaux. De nombreux projets sont envisagés par notre équipe sur les années 2021 et 2022.

Vous souhaitez en savoir plus sur nos actions et le développement de Maison de Vie et de Partage

c’est ici

 

Prochaine maison à Viroflay

La création d’une maison de vie et de partage est toujours l’aboutissement d’un long parcours. A Viroflay, les jeunes femmes voient aujourd’hui que leur souhait d’aller vivre en habitat partagé va se réaliser : la maison est en travaux. Retour sur les étapes d’ouverture de ce lieu si particulier.

UNE INITIATIVE DE FAMILLES

En 2006, trois familles des Yvelines s’associent et fondent l’association Les Maisons Saint-Joseph. Objectif : créer, entre la maison familiale et les structures médicosociales (foyers d’hébergement, ESAT, etc.), des lieux d’accueil où les personnes handicapées puissent se sentir chez elles et soient autonomes. La rencontre en 2015 avec la FLS permet de porter un premier projet avec succès. Et en 2018, tous s’engagent pour un nouveau projet, et une maison est alors trouvée à Viroflay.

« Les vendeurs étaient si enthousiasmés par le projet qu’ils ont organisé  un dîner pour présenter les jeunes femmes aux habitants du quartier ! Grâce à la FLS qui a acheté la maison et réalise les travaux d’aménagement, les jeunes femmes vont pouvoir bientôt emménager ! » (Marielle Puvis, co-fondatrice de l’association partenaire)

L’aventure se lance alors. Les partenaires, donateurs et mécènes sont recherchés, pour permettre l’ouverture d’un tel lieu, innovant et solidaire.

« Notre maisonnée a été ouverte par les parents, par nous … L’ambiance est sympathique, pour que tout le monde soit vraiment heureux, avec la joie de vivre ! »
Odile, future colocataire de la Maison de Vie et de Partage de Viroflay

Les travaux, en photos

De nombreux partenaires

Un souvenir marquant d’une de vos récentes visites dans une Maison de Vie et de Partage ?

Le sourire aux lèvres d’un résident qui rentrait chez lui après une bonne journée de travail et m’expliquait quelle bonne perspective le jardin lui offrait pour le week-end qui s’annonçait avec ses colocataires ! et l’implication de ces jeunes dans la vie quotidienne de la colocation, chacun à sa mesure.

Marie PRIVAT, directrice de la Fondation d’entreprise Safran pour l’Insertion, mécène de la Maison de Vie et de Partage de Viroflay

Pourquoi un partenariat ?

La FLS nous apporte beaucoup. Elle achète et rénove  les maisons qui accueillent nos projets. Et elle  rassemble et anime un réseau de Maisons de Vie et de Partage. Même si chaque projet est différent, le concept de fond est globalement
identique. Or, en organisant des temps d’échanges, la FLS permet un partage d’expérience très précieux dans ce domaine novateur où beaucoup de choses sont à inventer.
Cette action est très importante car je suis sûre que ce concept des maisons de partage peut être adapté aux personnes âgées et fragilisées par la solitude. Ces petites structures où chacun s’entraide sont une solution d’avenir pour notre pays.

Marielle Puvis, co-fondatrice de l’association Les Maisons Saint-Joseph

La FLS remercie l’ensemble des partenaires qui rendent ce projet possible. Vous pouvez les retrouver ici.

 

EN CHIFFRES

1,3M d’investissement

229m² actuellement en travaux

7 jeunes femmes bénéficiaires

8 partenaires financiers

UN IMPACT LOCAL ET SOCIAL

Située à proximité immédiate d’un réseau de bénévoles & des transports en commun adéquats pour que les jeunes femmes poursuivent leurs activités professionnelles en toute autonomie, et avec un grand jardin, cette maison correspond exactement aux souhaits des futures colocataires.

Depuis début juillet, la maison est en plein travaux, pour 4 mois minimum. Création de salles d’eau ; transformation complète du sous-sol ; aménagement des espaces partagés : tout y passe pour que les jeunes femmes qui vont y vivre puissent être chez elles sans être seules.

"Une vraie leçon de vie !"

Ces derniers mois, Jeanne a effectué son service civique avec la FLS. Pendant huit mois, elle a accompagné les jeunes de deux maisons de vie et de partage situées à Versailles, soutenues par la fondation, et notamment la maison qui va être transférée à viroflay après les travaux.

Pendant mon service, je me rendais deux à trois soirs par semaine et un week-end par mois dans la maisonnée des filles qui compte sept résidentes de 20 à 40 ans, porteuses de trisomie. Un vendredi soir par mois ainsi qu’un week-end par mois, je rendais le même service dans la maisonnée des garçons qui accueille sept colocataires masculins porteurs du même handicap.

Ma présence consistait à créer du lien avec les colocataires pour aider les maîtresses de maisons dans leurs tâches matérielles quotidiennes et les assister dans leur travail auprès des colocataires. Objectif : les aider à acquérir toujours plus d’autonomie et faire en sorte qu’ils se sentent vraiment chez eux.

Un programme bien rempli

Tous ont une vie bien remplie et ordonnée. Ils travaillent ou vont à l’atelier toute la journée et rentrent entre 16 h et 17 h. Ensuite, une autre partie de la journée commence. Les filles ont une activité chaque soir de la semaine. Par exemple, de jeunes étudiantes de Notre-Dame du Grand Champ viennent créer une comédie musicale avec elles. Le mercredi, elles font du sport ; le jeudi, jour de « maintien des acquis », elles revoient les notions scolaires que l’on apprend à l’école ; le samedi, des activités variées sont proposées et le dimanche, nous
pouvons aller à la messe avant de nous reposer.

Donner le meilleur

Cette vie familiale dans les Maisons de Vie et de Partage est très enrichissante pour les colocataires sur le plan humain. Mais pour que cela fonctionne, la responsabilité de la maîtresse de maison est décisive. Ces quatre personnes « encadrantes » permettent aux garçons et aux filles de créer une cohésion amicale au sein de leur maisonnée. Car même si ces colocataires porteurs de handicap sont toutes des
personnes charmantes, elles ont vraiment besoin d’être encouragées pour donner le meilleur d’elles-mêmes. 


Leur manière de réfléchir

Au cours de ce temps à leur service, j’ai aimé découvrir et comprendre leur manière de penser et de réfléchir. Même si nous ne comprenons pas toujours tous les mots qu’ils prononcent, ces jeunes arrivent à se comprendre et à avoir des discussions amicales. Personnellement, cette expérience m’a beaucoup marquée car leurs réactions sont souvent pleines de (bonnes) surprises. Comme tout le monde, ces
jeunes ont parfois des sautes d’humeurs, mais très rapidement, avec des explications et du réconfort, ils retrouvent le sourire. Par ailleurs, ils voient presque toujours ce qu’il y a de plus beau autour de nous, le bon côté des choses.

 

Aujourd’hui, il nous manque 55 000 € pour financer certains travaux d’adaptation de la maison comme par exemple la création des salles d’eau.

Être volontaire service civique

Camille avait 18 ans lors de son premier échange avec la FLS et l’association PARM. A ce moment-là, nous avons tous une conviction : Camille pourrait apporter aux résidents de la maison de vie et de partage … et elle pourrait également recevoir. Un an plus tard, nous ne nous doutions pas à quel point ! 

Toute mon expérience a été formidable. Pendant le week-end réseau, au début de mon volontariat, j’ai pu créer des liens avec chacun des résidents, très très forts, et ça m’a appris à mieux m’ouvrir à eux.

 

Avant, je n’avais pas cette confiance d’y aller, de proposer. J’ai appris à grandir et prendre confiance en moi.

 

On ne regrette jamais d’avoir vécu un service civique !

ACTUELLEMENT, NOUS RECHERCHONS PLUSIEURS VOLONTAIRES

Sur Paris, dès que possible

  • Visite de familles fragiles, dans toute l’IDF
  • Organisation d’ateliers et de temps de rencontre

Sur Saint-Etienne – à la rentrée

  • Vie partagée avec les résidents de la Maison de Vie et de Partage PARM (cuisine, activités, …)
  • Liens amicaux avec les résidents

Sur Dinard – à la rentrée

  • Vie partagée avec les colocataires de Diadème (cuisine, activités, …)
  • Liens amicaux avec eux et leur environnement

Sur Versailles – en septembre-octobre

  • Activités en fin de journée et week-end avec les deux maisonnées des Maisons Saint-Joseph, lieu de vie d’adultes avec handicap mental

Voir aussi

Le volontariat service civique : engagement et générosité

En cette rentrée, la FLS recherche des volontaires en service civique.  Le partage de votre quotidien avec 4 personnes handicapée L’occasion de participer, avec les 4 coloc, à des activités manuelles, sportives et culturelles L’opportunité d’un temps de réflexion sur ses choix et ses attentes dans la vie Partir à la rencontre de la personnes […]

Continue reading

Ils en parlent

« Quand on donne son temps aux personnes handicapées, c’est finalement du temps qu’on va gagner demain. On apprend vraiment à se découvrir, s’épanouir. Aujourd’hui, j’en sais plus sur moi »
Louis, Volontaire service civique FLS à Versailles

« Au fond de moi j’ai toujours eu ce désir d’aider les autres, sans savoir comment le faire. Bien qu’aider son prochain semble simple et naturel, il est parfois compliqué d’aller vers lui  et de lui apporter de l’aide , tout en respectant sa dignité… Et j’ai eu la chance de découvrir quelques uns de ces gestes, grâce à ce volontariat »

Bogusia, Volontaire service civique FLS à Saint-Etienne

C’est à vous, jeunes de tous les pays que je m’adresse.
Parce que vous possédez la plus grande puissance du monde : L’AVENIR.

Raoul FOLLEREAU, inspirateur de la FLS 

Premiers jours d’une nouvelle colocation

Après plusieurs mois de rénovation, le mois de février a vu les travaux de la maison de vie et de partage des Lilas se terminer. Afin d’accueillir des personnes de la rue, la maison, dont la FLS est propriétaire, a été transformée en colocation comprenant 5 studios et de grands espaces partagés. A l’heure du confinement, nous vous partageons des extraits des premiers jours de la vie partagée des trois colocataires de cette maison.

La vie s'organise dans la maison

Malgré le confinement nous avons réussi à contacter les résidents, et notamment Paul qui nous raconte :

Après quelques semaines seulement, nous nous sommes retrouvés en confinement. Nous partageons quelques activités et mettons à profit les talents de chacun. Le bricoleur aide au montage de meubles et dans la cuisine monte l’odeur de délicieux plats préparés par le cuisinier de notre groupe, avant de se retrouver pour une longue conversation autour d’un café.

Pour ces personnes qui ont vécu des moments difficiles, parfois pendant plusieurs années dans la rue, le retour vers une vie plus stable se fait généralement sur de longues périodes d’accompagnement. Bien souvent, le moteur principal est l’accès à un logement décent où ils vont pouvoir retrouver une autonomie et simplement dormir en toute sécurité.

 

«  C’était un grand moment lorsque l’on m’a remis les clés de mon nouveau chez moi, je vais être libre et autonome. Cela change du métro où j’ai passé plusieurs années. « 
George*

 

Le salon aménagé de Georges

Une maison pour les personnes qui étaient hier, à la rue

Entre février et mars, trois anciens sans domicile fixe ont intégré cette colocation un peu particulière. Tous ayant dormi dans la rue, les résidents logent désormais dans des studios, dont ils possèdent la clé afin d’avoir leur propre espace. Leur « chez-eux ».

Durant les travaux, le cabinet d’architectes SBA a également aménagé un espace de vie commun qui permettra aux personnes qui y habitent de se retrouver, d’échanger, voire même demain … d’inviter !

A terme, la maison accueillera 5 personnes anciennement en situation de difficulté qui souhaitent prendre leur indépendance tout en gardant un contexte amical et un suivi social, et ce grâce à notre partenaire l’Association Pour l’Amitié (APA).

D'AUTRES TEMOIGNAGES DISPONIBLES

COMMENT AIDER ?

La réalisation de ces travaux par la FLS n’est possible que grâce à la mobilisation de tous en faveur des projets. Pour que les colocations d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain ouvrent, la Fondation a besoin de soutiens. Merci d’avance de votre mobilisation !

JE ME MOBILISE

* Par souci de confidentialité, le prénom de Georges a été modifié.

NOS AUTRES PROJETS

Aux travaux !

En ce début d’année, les travaux vont bon train à la FLS. Lorsque l’ouverture d’une Maison de Vie et de Partage est engagée, les travaux sont une étape nécessaire, plus ou moins longue, plus ou moins coûteuse. Mais c’est aussi et surtout l’occasion de fêter le lancement tous ensemble, comme à Lourdes ou encore d’adapter les lieux aux projets sociaux, comme aux Lilas. Tour d’horizon des travaux actuels à la FLS.

Lancement de travaux à Lourdes

Le vendredi 31 janvier a eu lieu le lancement des travaux de la maison de vie et de partage de Lourdes « En Casa » (à la maison en occitan).

Madame le Maire Josette Bourdeu a souligné que le plus important n’était pas le fait qu’on réhabilite un immeuble au centre ville mais c’est que des personnes, voire des familles soient réinsérées au cœur de notre ville, le temps de respirer, de retrouver confiance, un emploi, un logement et participer pleinement à nouveau à notre communauté. Monseigneur Nicolas Brouwet a pour sa part béni les lieux.

Madame le Maire et l’évêque du Diocèse de Tarbes-Lourdes ont ensuite dévoilé l’affiche qui inaugurent les travaux de réhabilitation. Enfin Palmino Paolucci, Président de En Casa, et Michel Récipon détruit avec un marteau un morceau de mur symboliquement pour donner le coup d’envoi du début de ces travaux.

 

 » Dans chacune des actions de la FLS, nous restons guidés par les mots Raoul Follereau « c’est l’enthousiasme, la joie débordante de vivre qui renverseront les murailles ».
Ainsi, je vous propose de renverser les murailles au sens propre, en donnant un coup de pioche pour lancer officiellement les travaux de cette maison de vie et de partage. « 
Michel Récipon, président de la FLS

D’ici quelques mois, à la fin des travaux y vivront une vingtaine de personnes en détresse sociale, entourées d’une famille bienveillante, de bénévoles et de salariés. Les personnes seront accueillies avec un objectif commun à celui de la FLS : grâce à un toit, favoriser dignité et amitié.

LA "CASA" DE LOURDES

Fin de travaux aux Lilas

Des personnes qui étaient hier sans domicile fixe ont exprimé le souhait de vivre dans une colocation à taille humaine.

L’objectif ? Lutter contre la solitude que pourrait procurer un logement autonome, tout en favorisant l’inclusion et l’amitié.

La FLS est propriétaire d’une maison aux Lilas (93), et de grands travaux y étaient nécessaires. Située à proximité des transports en commun et du périphérique, cette maison dispose de nombreux atouts pour favoriser l’insertion de ceux qui y vivront.

Après quelques mois, les travaux sont désormais en train de se terminer, permettant aux futurs colocataires d’envisager prochainement de s’y installer. L’animation de la colocation sera portée par une association partenaire, l’Association Pour l’Amitié (APA).

Les travaux aux Lilas se terminent.
En photo : Anne de Noray (Association Pour l’Amitié) ; Stanislas Blandin (FLS) ; Sylvain Boureau (Cabinet SBA) ; Guillaume Masquelier (Espace et Chantiers)

 

Les travaux à venir : Viroflay, Limoges, Buglose, ...

D’autres futurs colocataires sont en attente du lancement des travaux de leur Maison de Vie et de Partage. A Buglose, un habitat intergénérationnel va bientôt voir le jour ; à Limoges, une colocation pour adultes avec handicap psychique et enfin, à Viroflay, une colocation pour sept femmes avec handicap mental. La FLS jour, dans chacun de ces projets, un rôle important pour la réalisation de ces travaux.

2 février 2020 – A Buglose, les premières marches sont posées, pour symboliser le lancement du nouvel habitat intergénérationnel 

LA MAISON DE BUGLOSE

5 février 2020 – Dans les Yvelines, les futures colocataires découvrent les plans de leur Maison de Vie et de Partage de Viroflay

LA MAISON DE VIROFLAY

COMMENT AIDER ?

La réalisation de ces travaux par la FLS n’est possible que grâce à la mobilisation de tous en faveur des projets. Pour que les colocations d’aujourd’hui, de demain et d’après-demain ouvrent, la Fondation a besoin de soutiens. Merci d’avance de votre mobilisation !

Notre bonheur : leur vie partagée

"Je suis heureuse ici” confiait récemment Lisa*, jeune adulte avec handicap mental de la Maison de Vie et de Partage de Saint-Etienne. Elle y a emménagé en début d’année 2019, et en un an, que de temps partagés : la fête de son anniversaire avec ses colocataires, les plantations de bacs à fleurs dans la maison, les soirées karaoké,... A 26 ans, Lisa a désormais son chez-elle, dans cette maison.

Son bonheur : la vie partagée

Lisa fait partie des neuf colocataires avec handicap mental de la maison de Saint-Etienne. Trois salariés, deux jeunes en volontariat service civique, mais aussi une dizaine de bénévoles y passent _ ou même pour certains y vivent !

Le besoin de tels lieux de vie partagée pour personnes fragiles est phénoménal et partout en France. A la frontière entre le logement autonome et l’établissement, les Maisons de Vie et de Partage représentent une chance d’inclusion des plus fragiles, que ce soit les adultes handicapés, les personnes en détresse sociale, ou encore des familles monoparentales dans le besoin, des personnes vieillissantes, …

« Je suis heureuse ici »
Lisa, colocataire d'un habitat partagé de la FLS

Leur bonheur : bientôt la vie partagée

A la FLS cette année nous croyons toujours plus en cette innovation et avons accéléré nos initiatives.

  • A Bayeux, les premiers emménagements se programment. Heureux de voir les travaux terminés, ces quatre jeunes adultes avec handicap se mobilisent pour aménager leurs studios, identifier leurs futurs colocataires de cette Maison et ça y est : bientôt chez-eux !
  • À Lourdes, au moment où je vous écris ces lignes, les travaux se lancent et d’ici douze mois, vingt personnes en détresse sociale pourront habiter “em casa” (à la maison, en occitan)
  • Aux Lilas, à côté de Paris, les travaux sont terminés et y emménagent ces jours-ci trois colocataires, qui ont vécu des moments de vie difficiles dans la rue.

Et je ne vous parle aujourd’hui que des avancées de ces derniers mois. Je n’en oublie pas les sept jeunes colocataires avec handicap mental de notre toute première Maison de Vie et de Partage à Versailles. Vous le voyez, à l’échelle de la France, ce sont plus de cinquante personnes logées dans de tels lieux aujourd’hui,
et nous programmons que 300 nouveaux colocataires y emménageront d’ici 2023.

“Nous ne ferons pas tout, mais nous ferons quelque chose” encourageait Raoul Follereau. Avec ces maisons, la FLS crée une réponse à taille humaine, en cœur de ville, et qui apporte de la joie tant aux colocataires qu’à toute personne qui y passe

Les projets avancent, avec des travaux, des rencontres et de nouvelles maisons achetées.

LES MAISONS DE VIE ET DE PARTAGE

Notre bonheur : leur vie partagée

Aujourd'hui, en amont des fêtes de Noël, bâtir cette joie passe également par le don.

Ce don apporte du bonheur, il soutient la création de telles Maisons et encourage l’innovation.
Ce don rend concret l’emménagement de nos familles logées.
Ce don aide à la responsabilisation de l’ensemble de nos bénéficiaires.

Ce don, il accompagne avant tout le sourire de Lisa.

JE BÂTIS LE BONHEUR

* Par soucis de confidentialité, le prénom a été modifié.

Elles l'ont fait.
En cette fin d'année, elles ont un message : soyons tous donateurs !

Retour sur la matinée sur l’habitat partagé

A Issy-les-Moulineaux, la FLS tenait récemment une matinée d’informations riche et passionnante sur la thématique de l’habitat partagé. Avec des témoignages inspirants, une table-ronde de qualité et une introduction de Monsieur le Maire André Santini, ces échanges ont intéressé tant les colocataires que les bénévoles et salariés d’habitats partagés, venus de partout en France.

« On a tous des moments de fragilité, que nous soyons dépendants ou valides. Cette fragilité est une porte d’entrée à l’échange et au lien social. »
Eric Molinié, Secrétaire Général, Dalkia

Eric Molinié, grand témoin

Avec une vie riche d’expériences au Téléthon, au Samu Social, à la HALDE, et aujourd’hui à Dalkia, Eric Molinié a acquis une conviction : « Un toit, ce n’est pas tout. » La dignité d’une personne fragilisée passe tant par le toit que par le travail. La création de liens sociaux est ainsi prioritaire.

Le toit, c’est un lieu de protection avant tout, mais penser l’accompagnement est indissociable, au risque de renforcer la fragilité de la personne ainsi logée. L’accompagnement est nécessaire pour l’appropriation du logement, mais aussi pour encourager vers l’emploi et vers des activités favorisant un retour à l’emploi.

Grâce aux nouvelles formes de solidarités actuelles, les expérimentations permettent d’innover dans la création de liens sociaux, sans attendre forcément la mobilisation de l’ensemble des acteurs publics. Elles encouragent la lutte contre l’isolement, des plus fragiles d’entre nous. Les initiatives de l’Association Pour l’Amitié ou encore de la FLS en témoignent.

« Compte-tenu de la demande partout en France, venant des parents et de proches de personnes handicapées, ou encore d’associations locales, nous continuerons à encourager l’ouverture de Maisons de Vie et de Partage ! »
Michel Récipon, Président, FLS 

A la recherche du confort de vie des plus fragiles

Suite au témoignage inspirant d’Eric Molinié, une table-ronde s’est tenue, sur la thématique « A la recherche d’une qualité de vie dans l’habitat partagé« . Animés par Patrick Longchampt, journaliste de solutions, les échanges ont mobilisé quatre acteurs, tous impliqués dans l’habitat partagé pour personnes fragiles :

  • Michel RECIPON – FLS
  • Thibaud de DINECHIN – Maison Harmonia – Pascale de Dinechin (Levallois)
  • Florence COUDERC-MAMPOUYA – MVP Limoges
  • Jean-Charles de SÈZE – Architecte du patrimoine (MVP Bayeux)

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la matinée de rencontres, en vidéo
↓↓↓↓↓

« La personne fragile a moins besoin d’assistance que de compréhension et d’amitié »
Raoul Follereau, inspirateur de la FLS 

Une matinée inspirante

Cette matinée s’inscrivait dans un programme beaucoup plus large, un week-end entier rassemblant les colocataires, bénévoles et  habitats partagés pour personnes fragiles. Odile et Philippe ont d’ailleurs tous deux témoigné de leur vie quotidienne dans un habitat partagé, la première à Versailles et le second à Saint-Etienne. Et cela nous a permis de voir la bonne humeur, la convivialité et l’amitié qui se vivait en ces lieux.